Nouveau : Un permis de jardiner est lancé dans de nombreuses villes. Peut-être bientôt Paimpol ?

Afin d’augmenter le nombre d’espaces verts dans leur ville, les mairies sont de plus en plus nombreuses à instaurer un « permis de végétaliser » afin de permettre à leurs administrés de disposer d’un espace public pour jardiner.

Faire pousser des tomates ou semer des fleurs sur un parterre à côté de chez soi est désormais possible avec le « permis de végétaliser« . Grâce à ce nouveau dispositif, les citadins peuvent disposer d’un espace public de leur choix pour installer leurs plantations préférées.

Pour obtenir le droit de s’occuper d’un bout de jardin dans leur ville, l’association de consommateurs UFC-Que choisir rappelle que les particuliers doivent remplir un formulaire sur le site internet de ces mairies ayant ouvert ce permis comme BordeauxGrenoble,Le Havre, Marseille, Paris et Strasbourg. Si le dossier est validé par les services techniques de la ville, le demandeur reçoit une autorisation temporaire (ex : 1 an à Paris, 3 ans tacitement reconduits jusqu’à 12 ans à Marseille,..).

De son côté, le jardinier en herbe doit ensuite s’engager, en signant une « charte de végétalisation », à savoir planter dans les zones autorisées. Il s’agit notamment des jardinières existantes ou au niveau des pieds d’arbres, ou dans des parterres cultivables (fosses). Certaines villes comme Paris imposent de n’utiliser que des plantes locales et mellifères (qui produisent du nectar) et à veiller à l’esthétique et à la propreté de son installation. Par ailleurs, le recours aux pesticides, aux engrais chimiques ou à des engins très bruyants (tondeuses, etc) est interdit.

Côté financement, l’UFC souligne que  les travaux de réalisations de parterres et de pose de bacs sont généralement entièrement pris en charge par la ville. Certaines villes (Bordeaux, Paris) peuvent également fournir les premiers semis ou plants.

Enfin à Paris, les jardiniers de la Maison du jardinage peuvent guider les titulaires du « permis de végétaliser ». L’établissement est situé au 41, rue Paul-Belmondo – Parc de Bercy, dans le 12è arrondissement de Paris.

Pour mémoire : cultiver hors de chez soi sans autorisation peut être considéré comme une privatisation de l’espace public, donnant lieu éventuellement à une destruction des plantations.

(Le Particulier 27/05/2016- Stéphanie Alexandre)

(3)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.