Nourrissage des oiseaux en hiver en Côtes d’Armor : l’avis d’un expert de la LPO

Bonjour à tous,

Lors des présentations de J’accueille la nature, je recommande le nourrissage des oiseaux par temps froid lorsqu’il n’y a pratiquement plus d’insectes ni de graines comestibles dans la nature.

Rencontrant parfois une virulente opposition recommandant de ne pas nourrir les oiseaux, car de nombreuses morts de verdiers ont été constatées, qui pourraient être dûes à des contaminations, notamment de salmonelles, liées au nourrissage.

Cependant, à ce jour, aucune preuve, ni d’explication au fait que les verdiers sont touchés, pas les autres oiseaux qui fréquentent les mangeoires ou picorent au sol sous les mangeoires.

Enfin, pas de préconisation autre que l’arrêt pur et simple du nourrissage.

Mettre en péril la vie de milliers d’oiseaux durant l’hiver au motif de morts inexpliquées, me semble inacceptable.

J’ai voulu en avoir le cœur net.

Pour cela, après avoir attentivement lu de très nombreux sites, et des livres sur les oiseaux, j’ai écrit au siège de la LPO, la Ligue de Protection des Oiseaux, qui se bat pour protéger les oiseaux depuis plus d’un siècle. J’ai échangé avec Monsieur Nicolas Macaire du Programme Refuges LPO, référent en la matière. Vous trouverez ci-dessous ses réponses :

Question 1 : Une courte promenade suffit pour constater qu’à compter de mi-novembre, et jusqu’à environ fin mars, les baies, fruits et insectes de « la nature » ou des jardins dont se nourrissent les oiseaux ont disparus. Faut-il penser que les oiseaux vont les chercher et les trouver ailleurs, où ?

Réponse >> Oui, c’est vrai que les baies disparaissent au fur et à mesure que l’hiver approche, mais il reste toujours un peu de nourriture disponible dans la nature, au sol des graines, quelques insectes volants tardifs (moustiques, mouches, guêpes…) et aussi des baies… Notez que certains arbustes ont une fructification pré-hivernale ou hivernale comme le lierre (Hedera helix) par exemple.

Question 2 : En Bretagne, a fortiori dans les Côtes d’Armor, il neige et glace très rarement. Pas de « grands » froids de plus de quelques jours ici entre novembre et mars. Faut-il donc, compte-tenu des risques de contamination et des morts de verdiers, s’abstenir de leur proposer de la nourriture ?

Réponse >> Même s’il ne gèle pas complètement en Bretagne, il est conseillé de nourrir les oiseaux des jardins, dès la mi-novembre, et ce jusqu’à fin mars.

Le nourrissage doit être arrêté uniquement en cas de mortalité constaté au pied des mangeoires, particulièrement au sein des bandes de fringilles : pinsons (Fringilla sp.), verdier d’Europe (Chloris chloris), tarin des aulnes (Carduelis spinus)… Dans ce cas, les oiseaux sont prostrés et ont les yeux à demi-clos ; voir la fiche sur les maladies aviaires ci-jointe.

Seulement dans ce cas, le nourrissage doit être stoppé pendant au moins 20 jours, et nettoyer les mangeoires à l’eau claire avec du liquide vaisselle. Pour cela, nous vous conseillons de porter des gants et de respecter les règles d’hygiène de base en vous lavant les mains au savon après le nettoyage.

Nicolas MACAIRE
Animateur programme Refuges LPO
https://www.lpo.fr/refuges-lpo

https://refuges.lpo.fr/agir/creer-un-refuge-lpo/

https://refuges.lpo.fr/

LPO France – BirdLife
www.lpo.fr

Dossier Refuges LPO : cliquez ici

Les maladies courantes des oiseaux des jardins – doc LPO : cliquez ici

Mais ici, en Côtes d’Armor, nous avons aussi les spécialistes du Groupe d’Etudes Ornithologiques des Côtes d’Armor

Alors, nourrir ou non les oiseaux ? OUI dit  aussi le GEOCA.
Voici un extrait de leur site internet :

Le nourrissage des oiseaux n’est pas nécessaire toute l’année, mais seulement pendant les périodes de grands froids.

Quelques conseils peuvent vous orienter pour accueillir de manière respectueuse les oiseaux dans votre jardin :
  Ne nourrir que lors d’épisodes très froids et stopper le nourrissage tôt (fin février) ;
  Rester raisonnable quant à la quantité et la qualité d’aliments ;
  Prendre certaines précautions : nettoyage, surveillance, éviter la proximité des baies vitrées, placer les postes hors de portée des chats… ;
Stopper le nourrissage et désinfecter les postes en cas de mortalité observée ;
Éviter le pain (indigeste), préférez des mélanges de graines.

Plusieurs conséquences au nourrissage des oiseaux dans les jardins ont été constatées :
– Modifications comportementales : changements de voies migratoires, modifications de la reproduction (date, productivité…)… ;
– Influence sur la répartition des populations (attraction des zones suburbaines) ;
– Hausse des risques de mortalité : propagation des épidémies, prédation parfois facilitée, risque des baies vitrées

Plus d’infos sur le site du GEOCA www.geoca.fr

Méfiez-vous donc des simplifications accrocheuses telles que celle-ci !

 

(55)

Une réponse pour “Nourrissage des oiseaux en hiver en Côtes d’Armor : l’avis d’un expert de la LPO”

  1. Ping : Les mésanges ont faim. Aidez-les ! – Jaccueillelanature

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.