A feuilleter: étude sur l’impact environnemental de nos habitudes de vie: un documentaire tout en courbes !

Bonjour à tous,

Tout d’abord un grand merci à ceux et celles -en fait, seulement des dames ont répondu- qui ont répondu à mon sondage. Ce sont donc vos usages que je prendrais en compte.

Je sort du jardinage et de l’accueil des bestioles pour vous proposer un autre sujet, quoique pas sans relation avec. Il s’agit d’un rapport intitulé

« Ménages & Environnement Les chiffres clés – Édition 2017 »

Dans leurs activités quotidiennes, et par leurs habitudes de consommation, les ménages exercent des pressions sur l’environnement (émissions de gaz à effet de serre, de polluants atmosphériques, production de déchets, etc.).

Ces pressions, qui paraissent négligeables à l’échelle individuelle, génèrent collectivement de profondes répercussions sur l’environnement et les ressources naturelles. Cette publication présente une sélection d’indicateurs sur les pressions et impacts sur l’environnement associés aux pratiques et modes de vie des ménages.

Pas besoin d’imprimer ce gros document, il se feuillette bien à l’écran. Beaucoup de tableaux très parlants sur l’évolution de nos usages et de nos dépenses, c’est parfois comme un reportage historique !

Quelques extraits que j’ai trouvés particulièrement intéressants :

En cinquante ans, la dépense de consommation finale des ménages a triplé.
Le nombre de ménages augmente plus vite que la population, d’où une augmentation du nombre de logements, de déplacements et de la consommation courante. La surface occupée par l’habitat a augmenté presque 5 fois plus vite que la population au cours des deux dernières décennies.

Avec l’apparition dans les années 1990 de la téléphonie mobile et d’internet, la part des produits des technologies de l’information et de la communication est passée de 0,1 % en 1960 à 5 % en 2016. Cette hausse n’a pas d’équivalent parmi les autres catégories de dépenses. Une fois renouvelés, un tiers des ordinateurs est jeté. Plus de la moitié des lave-linges renouvelés font l’objet d’une reprise en magasin, tandis qu’un tiers d’entre eux est jeté.

Depuis 2004, la consommation domestique journalière d’eau potable diminue en France (- 13 % entre 2004 et 2013).

En cinquante ans, les habitudes alimentaires des ménages se sont profondément transforméesLa viande ne représente plus que 20 % des dépenses observées, contre un tiers en 1965.

L’évolution la plus notable concerne l’achat de plats préparés qui a été multiplié par 6 sur la période observée. Avec des volumes d’emballages élevés et une forte consommation d’énergie nécessaire à leur élaboration et à leur conservation, ils génèrent de fortes pressions environnementales. Les dépenses de boissons non alcoolisées et d’eau en bouteille connaissent également une hausse similaire (respectivement multipliées par 6 et par 4). Or, la consommation de boissons conditionnées entraîne des pressions accrues sur l’environnement. La production et le transport des bouteilles sont fortement consommateurs d’hydrocarbures et émetteurs de gaz à effet de serre. Les emballages, majoritairement en plastique, sont également générateurs de déchets ménagers et d’émissions polluantes dans l’air qu’il faut traiter lors de leur incinération, lorsque ces derniers ne sont pas recyclés.

En 2015, le chiffre d’affaires de la filière bio pour la consommation par les ménages a été multiplié par 2,7 par rapport à 2007.

En France, l’Ademe évalue à 10 millions de tonnes par an l’ensemble des pertes et gaspillages alimentaires du champ à l’assiette, soit 150 kg par personne et par an. Ces produits perdus ou gaspillés généreraient 15 millions de tonnes équivalent CO2 par an, soit 5 % des émissions annuelles nationales. La part des ménages représente un tiers du gaspillage alimentaire, soit 50 kg par habitant par an en incluant la restauration à domicile et la restauration collective et commerciale. Le gaspillage est quatre fois plus important en restauration collective ou commerciale (restaurants et cantines) qu’au domicile.

Le document intégral se trouve ici :

http://www.statistiques.developpement-durable.gouv.fr/fileadmin/documents/Produits_editoriaux/Publications/Datalab/2017/Datalab-25-menages-environnement-cc-ed-2017-oct2017.pdf

Si vous n’arrivez pas à le voir, dites-le moi, je peux vous l’envoyer.

A bientôt,

Marie-Noëlle

(11)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.