Faux et prélèvement ou débroussailleuse ? Y’a pas photo !

Du sol au ciel, il y en a du monde heureux dans les prairies bordées d’un bois chez Jane et Lee !

En y regardant de plus près fin août, c’est surtout dans les parties que Jane fauche et dont elle prélève les coupes qu’il y a beaucoup de fleurs, notamment des succises, qui attirent papillons et butineurs en grand nombre. Nous y avons vu des Belle-Dames, des Azurés, des Petit Nacrés, des Tabacs d’Espagne, et bien d’autres merveilles volantes et nectarifères qui font rêver d’être artiste pour en partager la beauté et la joie de vivre.

En fauchant, Jane laisse le temps aux petites bestioles des herbes de s’enfuir, et elle ne tasse pas le sol, les vers de terre et autres habitants du sol la remarquent à peine.

En prélevant sa fauche, Jane apporte la lumière aux graines des fleurs sauvages, et diminue la fertilité du sol, ce qui favorise la biodiversité.  Surprenant, n’est-ce pas ?

C’est parce que les fauches constituent un apport d’azote qui favorise le développement des plantes qui en sont friandes, au détriment des plantes pionnières, des fleurs sauvages et aussi des légumineuses qui ont la capacité de retenir l’azote de l’air pour le stocker sous forme de boules dans leurs racines. Au point que les scientifiques vont bientôt produire des « steacks » de petits pois pour aider à réduire la consommation de viande. La richesse en protéines des légumineuses est utile aux humains et autres mammifères dont nous nous nourrissons, mais aussi à un grand nombre d’insectes, comme les bourdons.

 

(14)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.