L’Orobanche du lierre

Peut-être avez-vous vu cette plante un peu étrange. C’est l’orobanche du lierre (orobanche hederae).

C’est une plante nectarifère pollinisée par les bourdons.

C’est une plante parasite du lierre. Le lierre meurt, l’orobanche aussi.

Margot et Roland Spohn, dans leur excellent livre « Les arbres et leurs hôtes », nous racontent que les graines de l’orobanche sont prévues pour assumer cette dépendance : pour qu’elles germent, il faut qu’une racine de lierre se trouve à proximité et produise certaines hormones.

La plantule se dirige alors vers cette racine, qui ne doit pas être à plus de quelques millimètres d’elle, et elle s’y introduit alors à l’aide d’un suçoir pour se connecter au réseau de sève, récupérant ainsi l’eau, les sels minéraux et les sucres dont elle a besoin pour vivre, car elle ne fait pas de photosynthèse. Chaque hampe florale produit plus de 100 000 graines capables de conserver leur pouvoir germinatif plusieurs années.

Pour autant, mes lierres se portent bien. Alors je laisse les orobanches aux bourdons…

(6)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.