Une histoire des fleurs – Valérie Chansigaud

Sous ce titre anodin, ce (très) beau livre est en fait une rareté.

J’y ai découvert que les fleurs autres qu’utilitaires, soit alimentaires ou médicinales, ou symboliques (le lys de la vierge) n’ont attiré l’attention des humains qu’assez récemment.
Au 18è siècle, elles sont devenues un signe de réussite sociale : des vogues de tulipes, de camélias, de jacinthes et d’orchidées pour lesquels certains se sont ruinés, à l’apparition des jardins bourgeois, espaces non nourriciers, architecturés et ornés de fleurs non sauvages.

Menée par les constats de Valérie Chansigaud, j’ai partagé son étonnement que les humains n’apprécient la beauté que des fleurs que nous avons « fabriquées ».

Elle fait remarquer que les fleurs sauvages n’ont pas été représentées individuellement par les artistes -si l’on admet que leur représentation par les botanistes, même très belle, n’a pas d’objectif esthétique, mais scientifique. Même Monet ne les montre dans les champs qu’en tant que taches de couleur.

Ce livre interpelle sur notre rapport avec les fleurs -et aussi avec le jardin d’ornement, et le jardinage d’ornement.
L’importance qu’on leur donne, loin de refléter l’amour de la nature, pourrait n’être que la démonstration de notre maîtrise sur la nature et de notre capacité à la modeler à notre gré, malgré la versatilité de son « vivant ».

C’est un grand livre, magnifiquement illustré, qui fait réfléchir et empêche de se leurrer.

Edition Delachaux et Niestlé ISBN 978 2 603 02082 1 Prix 34,90€

(3)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.